Les reliques de sanctus Gundulfus


le choeur de l'église de St-Gondon       

 

   
L'entrée du vallon et le nom de saint gondon en dialecte local.
Dans la déformation du dialecte local, saint Gondon se disait aussi :
"Ségoudou" ou " lou rotro de Secoundo "
( le roc ou la grotte de saint Gondon ).

Au temps troublés de la Guerres de Trente ans ( période française: 1635-1648) qui ravagèrent la France de l’époque, les reliques de saint Gondon du Berry qui était conservées dans le choeur de l'église de Saint-Gondon ( Loiret), disparurent mystérieusement. Il paraît que des habitants ou des disciples de sanctus Gondulfus  enlevèrent les reliques en pleine nuit et partirent par des chemins détournés en évitant les villes et villages, et allèrent cacher les restes du saint dans une des grottes profondes et introuvable au sud de Briva (Brive la Gaillarde) en bas Limousin. Un fois le calme revenu, ils ramenèrent les reliques du saint à Saint-Gondon ( Loiret) mais en passant par Brive, Limoges, Bourges, et ceci en grande pompe et avec des processions qui marquèrent la croyance populaire ; On parle de miracle que fit le saint tout au long de son retour vers les bord de la Loire.
Les grottes existent encore et portent le nom de
                 
Saint-Gondon.-Marcillac.
 
Saint Gondon aurait séjourné dans cette vallée perdue et y aurait fait construire un ermitage qui a existè jusqu’à la fin du 19eme siècle.
   sources : Société Archéologique de la Corrèze. 

 


Merci à Vincent et Etienne Patier pour les documents/photos
sur St-Gondon prés de Brive.


                                     page précédente