Le Général Comte d' Argout

Né à Paris le 24 octobre 1787, réfugié en Angleterre pendant la Révolution, il fait ses études au collège catholique de Richmond. Vers 1802 il entre à l’école militaire de Fontainebleau, en sort en 1803 pour aller rejoindre le 30e Dragons de l ‘armée d’Italie, il assiste au siège de Mola di Gaëte. Un peu plus tard, il est à Wagram aide de camp du Comte Gudin qui tombe mortellement frappé entre ses bras à la bataille de Valoutina, quatre jours après la prise de Smolensk.
Nommé Chevalier de la
Légion d’Honneur en 1809, chef d’escadron au 8e Hussard en 1812. Après la Retraite de Russie, il fait la campagne de Saxe où il reçoit la croix d’officier. Blessé au tibia à la bataille de Leipzig, il revient en France. Après le retour des Bourbons, alors chef d’escadron aux Hussards du Dauphin, il reçoit bientôt auprès de Louis XVIII le brevet de Chevalier de Saint Louis. Pendant les Cent jours, il rejoint les princes en Belgique, et rentre ensuite avec eux. Lieutenant-colonel vers 1818, puis colonel des chasseurs de la garde le 8 mai 1822, il part en cette qualité en 1823 pour faire la campagne d’Espagne. Le 27 juillet de cette année, il est nommé Commandeur de la Légion d’Honneur. Le 14 novembre, il devient Maréchal de camp à la suite d’un brillant fait d’armes où il eut assez d’énergie et de décision pour oser attaquer, à la tête de son régiment, un ennemi trois fois supérieur, le mettre en déroute, faire un grand nombre de prisonniers et même prendre les bagages et les décorations du Général Espagnol Diego.
Vers la fin de cette même année il recevait du Roi d’Espagne la plaque de Charles III. En 1824 il recevait la
Grande Croix de première classe de Sainte Anne de Russie.
A cette époque il acheta le château de Dominus qu’il fit reconstruire presque entièrement
, et s’y fixa avec sa mère. Il ne voulut point reprendre du service sous le gouvernement de Juillet.
Il fut maire de
Saint-Gondon pendant 8 ans. Il se maria en 1857 à la veuve du Marquis Séguier de Saint-Brisson ; il avait 70 ans.
Il succomba le 28 avril 1868, à la suite d’une maladie. Son corps repose auprès de sa mère dans le cimetière de
Saint-Gondon. Il légua son château, la terre et les fermes de Pierre-Maru, de la Chassenaudière, de la Soupletière et des Brosses à sa cousine et filleule Mademoiselle Solange de Maille d’Osmond, en réservant l’usufruit à Madame la Comtesse d’Argout. Le 3 janvier 1874, afin de se conformer aux dernières intentions de M. le Général Comte d’Argout, Madame la Comtesse de Gontant Biron, née Marie Solange Eugènie Laure de Maille de la Tour-Landry, son héritière, fait à la commune de Saint-Gondon donation entre vifs et irrévocable de cinq cent francs de rente sur l’Etat, à condition que ces cinq cent francs de rente soient distribués annuellement aux plus indigents de la commune par les soins du bureau de bienfaisance ou, à défaut, par le maire de la commune et le curé de la paroisse. Cette distribution sera faite soit en argent, soit en objets de première nécessité. Cette donation fut acceptée le 30 juin 1874 par le maire, Monsieur le Général Marcel.

 


 Le Général comte d'Argout

 

 

         page précédente